Mains d'un praticien sur l’arrière du pied d'un patient

Mains d’un praticien sur l’arrière du pied d’un patient

L’anthropologue Jean-Marie Gueullette analyse la parole de nombreux ostéopathes, notamment lors de stages de formation. « Exprimer aussi précisément que possible ce que d’habitude ils perçoivent sans le partager » suscite une évolution de leur pratique professionnelle.
« Les ostéopathes sont des thérapeutes qui touchent leurs patients, dans une société qui laisse peu de place au contact corporel, mais qui les touchent avec délicatesse. On pourrait presque dire, paradoxalement, qu’ils touchent avec distance. » Car la main est loin d’être seulement l’outil de leurs actes thérapeutiques : elle est le médium de leur perception et, « plus profondément de la relation entre le praticien et son patient ».
En conformité avec la hiérarchie occidentale entre les cinq sens, quand les ostéopathes parlent de leurs mains, « c’est le vocabulaire de la vision qui est au premier plan ». Mais « apprendre à communiquer sur la perception change la perception. En la nommant, ils constatent qu’elle évolue ». Comme le dit une professionnelle, « pas de pétrissage, mais le contact, les mains ça permet ça aussi ».

Lire l’article sur ethnographiques.org.